PLAN DU SITE

Fondation régionale pour la santé de Trois-Rivières

la philanthropie d'impact

 

L’avenir des fondations passe par leur capacité d’influencer le milieu dans lequel elles évoluent. Toute organisation avec une mission et une vision claire répond d’emblée aux  critères nécessaires non seulement à sa survie, mais aussi à sa croissance. Il faut toutefois faire une introspection à savoir quels seront les chemins que nous emprunterons pour être en congruence avec notre mission. 

 

Un conseil d’administration fort et en mode de gouvernance saura saisir au bond des projets qui auront un impact majeur, tout en respectant la mission et la vision de l’organisation. La Fondation RSTR a la chance d’avoir en son sein des administrateurs qui ont le souci d’analyser les projets présentés et de financer ceux qui, même si de par leur nature ne semblent pas être en lien avec sa mission, mais qui ont un impact majeur sur la santé de la population.

 

Certes, l’ensemble des projets et équipements financés par la Fondation améliore la prestation de services de santé à Trois-Rivières. Laissez-nous vous présenter des projets qui s’inscrivent dans cet axe de changement probant par le biais de financement de projets moins traditionnels.

 

2004 - Financement du Pavillon d'enseignement médical

 

Projet de 8 millions $ dont 1 million $ investi par la Fondation

 

 

Impact : La construction du Pavillon d’enseignement et de formation médicale, qui a débuté en 2004, a permis à l’époque d’obtenir une désignation universitaire à l’établissement. Évidemment, cette désignation comportait des conditions à respecter, dont le développement de la recherche. De plus, ce financement a permis l’arrivée de cohortes d’étudiants qui ont fait le choix d’adopter la région pour établir leur pratique. Le pavillon d’enseignement a également eu un effet de rétention de médecins intéressés à travailler dans un milieu universitaire.

 


 

2013 - Financement de la construction et l’aménagement

de la 5e salle de traitement des cancers

 

Projet de 2,3 millions $ dont 500 000 $ de Desjardins via la Fondation

 

 

Impact : À titre de centre régional désigné, le CHAUR traite annuellement plus de 1 600 patients atteints de cancer. Cette 5e salle permet aux patients de bénéficier des traitements de radiothérapie. Entre 500 et 600 traitements sont administrés chaque semaine, grâce aux quatre accélérateurs linéaires médicaux. La mise en service d’un seul appareil peut s’étaler sur une période de 4 à 6 mois. Grâce à cette 5e salle, nous fonctionnons normalement, soit avec quatre appareils continuellement en service lors du renouvellement des équipements. Déjà, la nouvelle salle de traitement est munie d’un appareil de nouvelle génération.

 


  

2014 - Financement d’un Fonds de démarrage en recherche

 

Projet de 150 000$ avec participation de 50 000 $ par la Fondation

 

 

Impact : Un fonds de démarrage destiné à la recherche a permis l’élaboration de protocoles de recherche solides au CHAUR de Trois-Rivières, en collaboration avec le secteur paramédical de l’UQTR. La mise en place d’un fonds de démarrage était impératif pour accéder au financement des instances subventionnaires traditionnelles afin d’obtenir le financement nécessaire au maintien de la recherche. La stratégie de recherche est d’ailleurs axée sur le patient. Une autre plus-value est la complémentarité du développement de la collaboration entre l’UQTR et l’établissement.

 


 

2017 - Financement du service d’hémodynamie

 

Projet de 8 millions $ avec don de 1 million $ de la Fondation

 

 

Impact : Avec plus de 1 500 usagers transférés chaque année vers d’autres centres pour subir, souvent en urgence, des interventions en hémodynamie, il devenait primordial d’offrir ce service dans la région. Les tendances démographiques, le vieillissement de la population, ainsi que l’augmentation du nombre d’usagers victimes d’infarctus du myocarde et du nombre de décès en résultant sont autant de raisons qui renforcent la pertinence du développement d’un tel service.


La disposition du territoire et la localisation des centres d’hémodynamie au Québec faisaient en sorte que 73 % de la population (395 000) ne pouvaient avoir accès à un traitement de revascularisation par angioplastie primaire dans un délai optimal, étant donné le délai de transport. Non seulement l’amélioration de l’offre de service a sans doute diminué les décès et les séquelles pouvant survenir suite à un accident cardiaque, mais les patients peuvent dorénavant être traités près de chez eux. De plus, les nouvelles générations de cardiologues sont intéressées de pratiquer là ou l’ensemble des traitements est offert.